Film : Tenet

Note : 9 sur 10.

Parfois avec Nolan, … c’est compliqué 🙂 La qualité du film d’un point de vu de la réalisation, la photo, le montage et même du sound design et de la musique sont indéniables.

Les acteurs sont très bon, aussi bien John David Washington que Robert Pattinson et Kenneth Branagh. Quand même un petit plus a Robert Pattinson car il joue très juste, entre le beau gosse un peu nonchalant limite blagueur et l’agent sérieux et précis, aussi bien dans son attitude que dans sa voix.

Même si il y a moins de fraîcheur que dans Inception ou Interstellar, mais cela reste extrêmement bien travaillé. Le montage épileptique, condensé et nerveux est un peu plus poussé que dans les précédents films, c’est dans l’air du temps, mais quelques moments pour respirer et rassembler les pièces du puzzle ne serait pas un luxe. Et c’est peut-être de là que vient le problème du film, il va vite, trop vite dans sa narration et dans sa forme pour bien poser les bases, on a l’impression d’être un chien qui court après une voiture, et qui au moment de la rattrapée, ignore pourquoi il courait après (C’est de Tom Clancy). Si on s’accroche un peu, et que l’on est attentif, ça passe très bien ; par contre si on a le malheur de trébuché, c’est fini, on est perdu pour la suite.

Finalement, le défaut du film est sa qualité, le concept, soit on adhère et le film est génial, soit on cherche à comprendre plus que le film propose et on déteste. Idem pour la réalisation, soit on est dedans et ça va, soit on a lâché l’affaire et tout semble débile. Par contre, là ou Inception était lisible dans la narration et la réalisation, Tenet l’est beaucoup moins, et Nolan abuse un peu trop du concept pour sa réalisation. Non pas qu’il en met plus que Inception, c’est qu’il en met trop par rapport à la difficulté de le comprendre, et aux peu d’informations que le scénario nous offre. Cela reste un super film surtout si l’on apprécie Nolan, sinon c’est quitte ou double, on peut accrocher ou détester.

Spoiler

J’ai grillé assez vite la conclusion avec un plan et un indice, le premier à l’Opéra avec un inutile cut/zoom/cut sur le petit fil rouge du sac à dos, car j’ai cherché le lien pendant le film. Et le second, c’est que le personnage principal n’a pas de nom, autant au début ça passe, on se dit agent secret, ça va… mais quand il voit Neil, ça colle pas, et leur échange est tout aussi étrange surtout lorsqu’il commande la boisson pour « Le protagoniste ». Mais cela ne m’a pas du tout dérangé, bien au contraire j’ai pu apprécier le déroulement en sachant qu’il était à la tête de l’équipe du maintient du temps (si on peut dire). Il y a aussi des parties du scénario qui sont bizarre, au début, ils manipulent les objets inversés avec des gants, et après non. Il doit y avoir une justification qui a sauté au montage, ou je l’ai ratée 🙂 Et c’est bien là le problème comme expliqués plus haut, ça va à fond, et il ne faut rien rater. A l’inverse, la scène finale pour arriver au climax est bien trop longue, je veut vient qu’il faut poser les bases pour comprendre le début et la fin, mais c’est quand même un délire de réalisation.

%d blogueurs aiment cette page :